AccueilFAQGroupesS'enregistrerConnexion



Partagez | .
 

 Groupes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Noble Admin


═════════ Parchemin ═══════════
Etat : Fugitif florentin
Alliance avec Livio : Non
Alliance avec Ezio. : -/-

MessageSujet: Groupes   Sam 14 Avr - 19:00


Aucune loi ne régissant la succession, il n’y a pas de raison pour que les frères ou les fils des seigneurs dussent céder la place à l’aîné ; ils se disputent donc le pouvoir. L’assassinat ou l’émeute est la seule loi de succession.
Des familles régnantes furent légitimées, il est vrai, cependant l’autorité du pape ne peut rien sur le mouvement général, et les conspirations se jouent de la légalité factice qui proclame l’inviolabilité de quelques individus.

- Les nobles ne sont pas toujours enclins à récolter les honneurs militaires et on laisse des mercenaires former la véritable milice, à la solde de tous sans jamais s'aliéner. Les Condottieri règnent sur une armée, et la transmettent à leurs fils et promènent dans toute l'Italie des forces sans loi, sans droit, sans patrie.
L’influence de cette milice mercenaire se fait sentir dans toute la politique des républiques italiennes. Ces états évitent le hasard des batailles : pourquoi combattre quand une perfidie vaut une victoire ? On remplace la guerre par la conspiration et par le meurtre ; la gloire même des condottieri sert ainsi d'aiguillon pour développer chez les seigneurs l’instinct et l’art de la trahison.

- Les banquiers, pour leur part, prêtent de l'argent avec intérêt, même aux Grands de ce monde, et s'enrichissent à l'égal des Medici et autres Pazzi.

- La période est marquée par de nombreux débordements de la part des membres du clergé qui bien souvent s'intéressent davantage à l’argent que leur rapporte leur charge qu’à leurs devoirs à l’égard des fidèles. D’autre part leur vie quotidienne est loin d’être un exemple : infractions au célibat, ivrognerie, …
Exemple : trafic d’indulgences : on vend du pardon aux pêcheurs ou le raccourcissement du séjour au purgatoire.

Métiers possibles : Un noble peut donc être Condottiere et diriger une compagnie de fantassins et de mercenaires, être Cavalier dans l'une de ces compagnies, Banquier, Propriétaire terrien, Homme d'église (une charge de prestige grassement rémunérée telle qu'évêque, cardinal, à cette époque ils n'étaient pas les derniers à conspirer et à bafouer l'église par leur comportement à l'opposé des préceptes de la religion), Poète ou Artiste à la recherche d'un mécène…

Armes : épées, dagues, couleuvrines pour les fortifications.
[On assiste à un très grand développement du combat à l'épée, qui devient de plus en plus subtil sous l'influence des italiens, multipliant parades, feintes, ripostes et bottes.]


Il s'agit d'une nouvelle puissance qui joue son rôle dans la lutte : la bourgeoisie, c'est-à-dire le peuple des marchands et des artisans, avec lequel la petite noblesse fait parfois cause commune. On trouve quelques exemples d’individus qui, partant d’un humble niveau, ont escaladé l’échelle sociale.
Dans l'Italie du Nord et du Centre, la bourgeoisie se dresse, très sûre d'elle-même, contre les évêques voluptueux et mondanisés. Ce qu'elle veut, ce n'est pas l'épuration du clergé, mais l'autonomie, qu'elle est décidée à obtenir en affranchissant ses villes de l'autorité épiscopale.
Dans les villes de l'Italie subsistent des traces de la culture romaine. On y trouve toujours des laïques instruits : maîtres d'école, juristes, notaires. Elles ont leurs écoles, même à l'époque où, dans le Nord, les couvents seuls dispensaient l'instruction. Le commerce avec l'Orient, qui reçut une impulsion au temps des Croisades, procura la richesse et éleva le niveau intellectuel. Le souvenir de l'antiquité se réveille; on rêve de la grandeur de la république romaine.

Métiers possibles : Un Bourgeois (bien nanti pour le premier) peut également être Banquier, ou Homme d'église, Architecte, Artiste, Ménestrel. Ces deux derniers devront dépendre d'un mécène issu de la Noblesse ou de la Bourgeoisie. Il peut être aussi Marchand, (allant de la simple échoppe : orfèvrerie, soierie, drap, laine…, au négoce maritime pour les plus fortunés.) Également, un commerce florissant autour de l'art de la Renaissance se développe.

Armes : épées, dagues.


En tant que courant culturel, la Renaissance italienne n’affecte qu’une petite partie de la population. Le nord et le centre de l'Italie sont les régions les plus urbaines d’Europe, et pourtant la population est encore constituée aux trois-quarts de paysans vivant dans les campagnes. Pour ces gens-là, les Manants, la vie ne diffère que très peu de celle du Moyen Âge. Mais les conditions de vie en Italie s'améliorent en général. Dans le nord de l'Italie, la société n’a jamais vraiment été féodale, et la plupart des paysans travaillent dans des fermes privées ou comme métayers. La transformation des élites citadines en propriétaires terriens entraîne une tendance à la re-féodalisation.

La situation est très différente dans les villes, qui sont dominées par une élite commerciale, aussi sélecte que l’aristocratie des royaumes médiévaux. Ce groupe constitue le principal mécène et le premier destinataire de la culture de la Renaissance. En deçà se trouve une importante classe d’artisans et de membres de guildes qui vivent confortablement et ont un pouvoir non négligeable sur les gouvernements républicains, au contraire du reste de l’Europe, où les artisans font véritablement partie des classes les plus basses. Lettré et instruit, ce groupe participe activement au développement de la culture de la Renaissance. Cependant, la population citadine est constituée en majorité de travailleurs semi-qualifiés ou sans emploi, sur lesquels la Renaissance n’a pas plus d’effet que sur les paysans.

Les inégalités dans la société sont très marquées.

Métiers possibles : Un Manant sera apprenti dans une échoppe, exercera tous les petits métiers de l'artisanat (forgeron, tailleur, maçon, menuisier, tailleur de pierres, etc), serviteur ou servante, jongleur, acrobate…, sans oublier la fonction de héraut (crieur public), le travail aux champs ou l'adhésion à une guilde (celle des voleurs, par exemple).


Les Grandes Compagnies mercenaires de Condottieri sont composées de groupes hétérogènes, formés de combattants étrangers ou italiens, et commandées par un Condottiere.
Ces Compagnies se basent essentiellement sur des groupes d’hommes d’armes "fidèles", qui ont souvent des liens de parenté avec le Condottiere. Ce dernier est à la tête de formations fluides et mouvantes composées de plusieurs unités, nommées escouades, placées sous les ordres de différents condottieres "mineurs".
Ces compagnies sont engagées par les états italiens sur contrat, le condotta, en italien. Selon ces contrats, le condottiere et le recruteur fixent les soldes de la compagnie, tout comme ses droits et ses devoirs dans les domaines les plus variés : du partage du butin de guerre jusqu’au traitement à réserver aux prisonniers. Ces compagnies englobent des hommes d’armes et des combattants de différente extraction sociale et provenant de plusieurs zones géographiques.

Ces mercenaires ne sont pas disposés à risquer leur vie outre mesure, et la guerre devient ainsi une guerre de sièges et de manœuvres, occasionnant peu de batailles rangées. Il est aussi dans l’intérêt des mercenaires des deux camps de prolonger les conflits pour assurer la pérennité de leur contrat.
D’un autre côté, les mercenaires sont une menace constante pour leurs employeurs : s’ils ne sont pas payés, ils se retournent souvent contre eux.

Métiers possibles : Condottiero. On peut être aussi un Archer de la Signoria, un Garde de la Signoria (des Medici donc), ou un Garde du clan Pazzi ou chez n'importe quelle famille noble amie ou ennemie.

Armes :épées, dagues, piques, haches, arcs et flèches, couleuvrines, tours de siège.

NB : Les Gardes circulent à pieds dans la ville. En ce qui concerne les Condottieri, l'octroi du cheval revient au noble et au bourgeois, c'est à dire à ceux qui peuvent entretenir un cheval et sont bons cavaliers. Les plus humbles, c'est à dire le plus gros de la troupe, constituent la piétaille.


Jeune femme issue du groupe des Manants, la Courtisane, est-il utile de le préciser, est une spécialiste des arts charnels. En effet à cette époque, la prostitution est encouragée pour éviter l'amour grec, penchant à la mode des hommes pour leurs semblables. (Penchant puni de peine de mort, rappelons-le). Les épouses sont donc favorables à l'implantation de ces damoiselles dans leurs quartiers…

Notons que cette profession est dévolue à celles qui n'ont d'autres alternatives que vivre nourries et logées sous la protection d'une Donna, aller dans un couvent ou mourir de faim, la grande pauvreté les orientant vers ce choix…
Moyennant quelques florins d'or supplémentaires, la Courtisane, espionnera les uns et les autres et protégera ou aidera qui bon lui semble.

Dans le quartier Oltrarno, elle habitera à la Rose effeuillée, sous la tutelle de la Signora Graziella, dans le quartier Lungarno, à la Pomme d'or, sous la tutelle de la Signora Antonella…


Dans la République de Florence, le Gonfalonier de Justice est le chef du gouvernement sous la tutelle des Medici. Magistrat suprême, il a la charge la plus importante de la république.

Sorte de Premier Ministre, il est le supérieur des neuf citoyens sélectionnés tous les deux ou quatre mois pour former le gouvernement de la Seigneurie de Florence. Il a la charge de gérer la justice et il est gardien de l'étendard de la ville qui est exposé à l'extrémité d'une croix. Pour le distinguer de ses huit compagnons, sa toge écarlate est bordée d'hermine ornée d'étoiles dorées.

Il est assisté des Prieurs des Arts (Priori degli Arti). Ceux-ci, au nombre de huit, sont élus en fonction de leur appartenance à une corporation. Ce groupe forme "la Seigneurie".

Les candidats doivent avoir au minimum 30 ans, et 40 ans pour le poste de Gonfalonier de Justice, et n'être pas Nobles.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Groupes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Renaissance :: Avant de commencer... :: Décrets et Histoire-